Source de performances dans les organisations, la diversité sera montrée sous trois facettes lors de ce colloque organisé par IESF via de son Comité Diversité, présidé par Madame Nathalie Mousselon et en partenariat avec l’École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes, l’AIENSCR et IESF Bretagne le 19 Mai 2017 à partir de 13h30.

 

Une demi-journée pour entendre des témoignages et échanger sur la richesse des apports de la diversité pour le développement des organisations. Les débats seront animés par Joël THOMAS, Délégué général d’IESF, Aurélie DETHAN, Membre du Comité Diversité d’IESF et Liliya RESHETNYAK, Co-fondatrice et présidente de Hipip IN.

 

Retrouvez Agnès Bricard lors des 3 tables rondes sur les sujets suivants:

  • Entreprendre au féminin
  • Pour une gouvernance équilibrée
  • Apport et intégration des atypiques

Le tout suivi d’un speed dating avec les entreprises de la région.

 

N’oubliez pas de réserver vos places pour le 19 mai à Rennes!

Lire la suite

À l’ère où la responsabilité sociale et environnementale (RSE) occupe une place centrale dans les sollicitudes des parties prenantes (consommateurs, fournisseurs, salariés, investisseurs, etc.), les entreprises se sont livrées à une course effrénée en matière de divulgation d’information extra-financière.

 

 

Des rapports annuels spécifiques pour la RSE

Un rapport de l’Autorité des Marchés Financiers publié en 2013 met en lumière le fait que l’information en matière de responsabilité sociétale (RSE) représente en France environ 9 % de l’information totale contenue dans les rapports annuels des entreprises cotées. Un autre rapport de KPMG souligne que la France est le deuxième pays dans le monde après le Japon à divulguer le plus d’informations concernant la RSE. Certaines entreprises consacrent un rapport spécifique à la RSE d’une dizaine voir parfois d’une centaine de pages qui se rajoutent aux informations contenues dans le rapport annuel.
Cet engouement est le fruit d’une succession de lois ayant contribué significativement à cette prise de conscience collective des entreprises des intérêts sociaux et environnementaux. La plus importante demeure néanmoins la loi NRE de mai 2001 avec son article 116 qui oblige les entreprises cotées à rendre public un reporting social et environnemental.

Comment certifier ces rapports ?

Devant la masse importante d’informations divulguées vient la question de la sincérité des entreprises dans leurs démarches RSE en général et de la crédibilité des informations publiées à ce sujet en particulier. Ces informations reflètent-elles l’investissement croissant des entreprises dans les projets sociaux et environnementaux ? Ou s’agit-il, simplement, d’une réponse à la demande pressante des parties prenantes ?
La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 semble réagir devant le scepticisme grandissant des investisseurs à l’égard des informations divulguées en imposant aux entreprises cotées et de grande taille de faire vérifier leur reporting RSE par un organisme tiers indépendant (OTI). Les entreprises cotées sont soumises à cette obligation de vérification du reporting RSE par un OTI depuis 2012. Les entreprises de plus de 500 salariés et dont le chiffre d’affaires (ou le total bilan) dépasse 100 millions d’euros doivent faire vérifier leur sincérité par un OTI depuis 2016.
Il n’en demeure pas moins que la qualité du reporting est également liée à l’efficacité des mécanismes internes de gouvernance de l’entreprise.

Le rôle du Conseil d’administration

Dans cette perspective, notre recherche (« Gender-diverse board and the relevance of CSR reporting », International Review of Financial Analysis, Vol. 50, pp. 81–100) met l’accent sur le rôle du conseil d’administration des entreprises françaises et son efficacité en matière de RSE et étudie en particulier la relation entre la présence des femmes dans les conseils d’administration et la qualité du reporting en matière de RSE.
Étudiant le cas des grandes entreprises du SBF 120 entre 2001 et 2011 (soit avant l’adoption en 2012 de la loi Copé-Zimmerman qui impose un minimum de 40 % du même genre dans les conseils d’administration des entreprises françaises), l’étude démontre, dans un premier temps, que les entreprises françaises avec un conseil d’administration mixte affichent un plus grand intérêt à la RSE à travers un reporting volontaire plus large et plus exhaustif en rapport avec les items définis par la loi.

Plus le conseil est féminin, plus le reporting RSE est crédible

Plus important encore, l’étude montre que la présence des femmes dans les conseils d’administration améliore la crédibilité de l’information divulguée permettant ainsi de générer un impact positif sur la valeur des firmes. Les entreprises avec un conseil d’administration totalement masculin se trouvent, quant à elles, sanctionnées par une réaction négative des investisseurs suite à un niveau de reporting RSE plus élevé.

 

La diversité des genres dans les conseils d’administration est indissociable de la RSE et l’implication des femmes dans le processus décisionnel s’impose ainsi comme une condition sine qua non de la bonne gouvernance des entreprises. Inédite dans sa méthodologie, cette étude vient compléter une longue série d’études montrant la valeur ajoutée des femmes dans les conseils d’administration en matière d’assiduité et de monitoring, mais aussi leur plus grande sensibilité aux questions sociales et environnementales.
En conclusion, cette étude confirme une nouvelle fois qu’il est inconcevable pour les entreprises de vouloir se montrer vertueuses et sociales auprès de leurs parties prenantes si elles ne respectent pas l’une des règles les plus élémentaires de la RSE qui est la diversité des genres dans la composition de ses instances de gouvernance.

Auteurs

  •  Tawhid Chtioui
    Professeur et dean d’emlyon business school Afrique , EM Lyon

 

  •  Mehdi Nekhili
    Maître de conférences HDR Sciences de Gestion, Université du Maine

 

via The Conversation

Lire la suite

Il est difficile de constater que la lutte pour l’égalité salariale n’est toujours pas terminée en 2017. Cette année encore, l’écart est de 25.7 %! Alors pourquoi cette journée du 31 mars 2017 pour cette 9e édition de l‘Equal Pay Day? Car ces 25.7% se traduisent par 3 mois de travail supplémentaires! Oui, les femmes (à postes et compétences égaux) auraient dû travailler jusqu’au 31 mars 2017 pour gagner autant qu’un homme en 2016!

 

Cette 9e édition, sous le marrainage d’Agnès Bricard, a pour thème « Femmes & Sciences ». C’est l’occasion d’explorer un peu plus la place des femmes dans les STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics)

 

Quelques chiffres:
• 36 % de jeunes femmes parmi les chercheurs entrés en 2014 au CNRS toutes disciplines confondues pour 10 % dans les postes de direction
• 15 % d’étudiantes à avoir été admises à la rentrée 2016 de Polytechnique, 15 % aux Arts et Métiers tandis que la nouvelle promotion de l’école Centrale Supélec stagne autour des 20 %
• 21% de femmes en mathématiques dans les universités, 13,9% en mathématiques fondamentales…
A l’occasion de la 9e édition de l’Equal Pay Day®, BPW PARIS a convié trois des associations qui ont présenté les 17 propositions des femmes scientifiques et ingénieures pour préparer l’avenir dès 2017 destinées à interpeller les candidat(e)s à l’élection présidentielle française de 2017.
Ont participé à cette table ronde animée par Murièle ROOS, Fondatrice et Editrice du magazine Femme Majuscule:
Sylvaine Turck-Chièze, Présidente de Femmes et Sciences,
Aline Aubertin, Présidente de Femmes Ingénieurs,
Laurence Broze, Présidente de Femmes et Mathématiques
Florence Raineix, Directrice générale de la Fédération nationale des Caisses d’Epargne

 

Retrouvez un très bel article paru dans le n° 32 du Journal Spécial des Sociétés, à la page 17.

Journal Spécial des Sociétés n°32

 

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la table ronde:

 

Live Equal Pay Day 2017 Paris

bienvenue à la journée pour légalité salariale, Equal Pay Day 2017, merci de partager la video !

Publié par BPW PARIS sur vendredi 31 mars 2017

Lire la suite

« Quel est votre profil ? Quelles sont vos attentes et perspectives ? Quelles sont les différentes sources de financement auxquelles vous pouvez faire appel ? »

 

C’est à ces différentes questions que des experts et entrepreneurs ont répondu, lors d’une table ronde organisée le 30 mars 2017 en partenariat avec la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes.

 

Les intervenants

Photo Agnes Bricard_86x86
Conférence animée par Agnès BRICARD
Directrice Scientifique du Guide du Routard du financement d’entreprise & Présidente d’Honneur du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-comptables

 

Patrick RIVIERE_86x86
Patrick RIVIERE
Directeur du marché des professionnels
Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes

 

Caroline TARIS_86x86
Caroline TARIS
Conseiller d’entreprises – Crowdfunding (Bordeaux Gironde Funding)
CCI Bordeaux Gironde

 

photo Laetitia BLONDEAU_86x86
Laëtitia BLONDEAU
Coordinatrice du PEPITE
Entrepreneuriat Campus Aquitaine

 

Bruno HEUCLIN_86x86
Bruno HEUCLIN
Directeur régional
BPI France

 

Portrait_Claudia Courtois_86x86
Claudia COURTOIS
Gérante
COP Biwine

 

Maya VELEVA_86x86
Maya VELEVA
Chargée de missions TPE
Aquitaine Active
Lire la suite

 

Tous les deux ans, le groupement ESTP au féminin organise les Trophées de la femme ESTP.

L’objectif de l’événement est de présenter et récompenser des parcours de femmes qui partagent leurs choix professionnels ou leurs passions pour des loisirs ouvrant parfois à des univers très différents du BTP.

Cette année s’est déroulée la 3e édition, dont Agnès Bricard est la présidente du jury.

(suite…)

Lire la suite

L’association Pacte PME a été créée en 2010, sous l’impulsion d’Henri Lachmann (Schneider Electric), son premier président. Fabrice Brégier (Airbus) lui a succédé en 2011, avant que Christophe de Maistre (Siemens France) en prenne la présidence à l’été 2014.
Pacte PME est dirigée depuis février 2015 par François Perret (ENA, I.E.P de Paris), auteur de Pour en finir avec la stagnation économique française (L’Harmattan, février 2017).

Sa vocation est de faire émerger de nouvelles entreprises de taille intermédiaire (ETI) en stimulant les coopérations de toute nature entre les grandes entreprises et les PME françaises.

 

Pour ce faire, Pacte PME a mis en place un plan en 3 parties:

  • 1 Plaquette, des propositions

Faire émerger les champions de l’économie Française de demain

  • 1 Article, pour une meilleure diffusion

Retrouver ici la tribune de Christophe de Maistre, Président de Pacte PME

  • 1 plateforme dématérialisée

Pacte Compétences

Lire la suite

Quel est votre profil ? Quelles sont vos attentes et perspectives ? Quelles sont les différentes sources de financement auxquelles vous pouvez faire appel ?

Agnès Bricard répond à vos question, entourée d’intervenants de qualité autour du financement d’entreprise à travers le Guide du Routard du Financement d’Entreprise. (suite…)

Lire la suite

 

Consulter le communiqué de presse

Lire la suite