Symbolique ? Pas seulement. Le Laboratoire de l’égalité, qui avait initié dès 2012 un Pacte pour l’égalité à destination des candidats à la Présidentielle, lance une nouvelle campagne pour compléter l’article premier de la Constitution. L’objectif notamment ? « Garantir » et plus seulement « favoriser » l’égalité entre les sexes. Découvrez en exclusivité ci-dessus​(ci-dessous)​ la vidéo réalisée par l’association.​ ​

Les mots ont une telle portée qu’en changer un seul peut tout changer. C’est en tous cas le postulat du Laboratoire de l’égalité, qui, à l’occasion du Parlement du Féminin, un événement dont la première édition se tiendra à Paris ce 18 décembre, lance un appel sur Change.org et une campagne sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #article1er, pour modifier trois termes de l’article premier de la Constitution. « Il est nécessaire que l’égalité entre les femmes et les hommes soit affirmée au sommet de la hiérarchie des normes de notre République », assure ainsi un communiqué. A ce jour, plusieurs personnalités ont apporté leur soutien à l’initiative, parmi lesquelles l’ancienne ministre Yvette Roudy, l’auteure de la loi sur les quotas dans les conseils d’administration Marie-Jo Zimmermann, la dirigeante Mercedes Erra ou l’actrice Fanny Cottençon. […] Lire la suite

​J’ai signé cette pétition, et vous ? 

Agnès BRICARD

​Article paru dans ELLE le 18 décembre 2017​

Lire la suite


Les jeunes et la création d'emploi – 22/10 par BFMBUSINESS

Lire la suite


Le guide du Routard du financement d'entreprise par CCI-France

Lire la suite

Lire la suite


On Ne Va Pas Se Mentir – ONVPSM du 24/05/2016 par ITELE

Lire la suite


"Il y a chez la femme une capacité d'étonnement… par BFMBUSINESS

Lire la suite

Lire la suite

Les obstacles à la parité dans les conseils d’administration sont encore nombreux. Pourtant la présence de femmes peut avoir un intérêt économique.

Les lois sur la parité ont permis des progrès dans les entreprises du CAC40. La part des femmes au sein des conseils d’administration y a triplé depuis 2009 pour atteindre 34,1% en 2015, même si aucune femme ne dirige encore une de ces entreprises. La part de femmes décroît en revanche avec la capitalisation boursière. Dans les entreprises non cotées visées par la loi de 2011 (voir encadré plus bas), la part de femmes dans les conseils était de seulement 14,2% en 2015, indique un rapport du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) et le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle (CSEP) publié mercredi.

Source : BFMTV

Lire la suite