Ils ont marqué la profession comptable française : Agnès Bricard

Nous avons esquissé le portrait d’hommes, de femmes et de cabinets qui ont bousculé le monde de l’audit ou de la comptabilité par leur côté pionnier et leur parcours hors-normes. Le second volet est consacré à Agnès Bricard.

Première femme présidente du Conseil supérieur de l’Ordre en 2011, Agnès Bricard a ouvert la brèche de la reconnaissance des femmes dans les métiers du chiffre.

Une ascension féminine dans un monde d’hommes

« Vous faites le portrait de personnalités de la profession ? Et je suis la seule femme interrogée ? Pourquoi n’appelez-vous pas Françoise Savés, ou encore Isabelle de Kerviler, ou encore….je peux vous donner des noms ! » Pour Agnès Bricard, c’est entendu : les femmes jouent dans la profession comptable un rôle qui mérite autant que celui des hommes d’être salué, et la reconnaissance de ses consoeurs n’a pas toujours l’écho mérité. Etudiante en droit et économie à Nanterre à l’aube des années 80, Agnès Bricard s’est orientée vers l’expertise comptable dans une volonté d’exercer une profession libérale et, d’autre part, par goût du conseil et de l’accompagnement des entreprises. Pas d’expert-comptable dans sa famille ni de «maître à penser» mais une réelle volonté d’aider les entrepreneurs. Doublée d’une fibre associative qui la conduit à s’engager à l’association nationale des experts-comptables et commissaires aux comptes stagiaires (Anecs), puis à créer le club des jeunes experts-comptables et commissaires aux comptes (CJEC) une fois son diplôme en poche.

Parallèlement, elle fonde son cabinet, Bricard Lacroix et Associés, en s’appuyant sur le profil complémentaire de son associée Elisabeth Lacroix. Alors que l’une gère le quotidien en toute discrétion, l’autre prend la lumière et s’engage pour la profession. « Dès cette époque, Agnès avait la fibre militante, témoigne Elisabeth Lacroix-Philips, son associée. Elle a gardé cette énergie renouvelable, la capacité à se passionner pour un sujet, à le travailler et à le mener à bien, sans en être propriétaire. Elle n’a aucun mal à passer la main ». Aujourd’hui encore, Agnès Bricard garde des liens étroits avec les jeunes de la profession : « Elle a toujours été disponible, présente à chaque anniversaire, nous aidant à décrocher une subvention, mettant en avant le Club dès qu’elle le pouvait », se souvient David Ladame, qui a présidé le CJEC en 2014. A l’origine, la création du CJEC n’a cependant pas été de tout repos, car il existait déjà deux syndicats et une association pour les stagiaires : pourquoi multiplier les entités représentatives ? Agnès Bricard mène cependant son projet à bien, dans une profession alors à 75% masculine, et sans renoncer à ses ambitions.

La première présidente de l’Ordre

Elue au Conseil Régional de l’Ordre des Experts-Comptables d’Ile-de-France dès 1987, Agnès Bricard en deviendra présidente en 2001. Ce sera d’ailleurs la première femme présidente de l’instance francilienne. Pendant cette période, elle tisse des liens avec René Ricol et William Nahum qui la soutiennent dans ses projets. Comme la création du premier site web de l’institution, la mise en ligne d’une base documentaire sur les missions innovantes telles que l’évaluation d’entreprise, ou la prise en compte du traitement des difficultés des sociétés. Agnès Bricard initie un programme d’accompagnement des entrepreneurs en difficulté dans le 93, leur permettant de rebondir, avec le soutien du Conseil régional et du Fonds social européen. Mais l’idée d’une implication au plan national ne la quitte pas. Aussi, elle s’allie avec son vieil ami Joseph Zorgniotti, ancien du CJEC, pour bâtir un plan pour la profession à la fin des années 2000. Passée chez ECF, Agnès Bricard fera tandem avec Joseph Zorgniotti en tant que vice-présidente du CSOEC, et sera élue présidente en mars 2011. La première femme à ce poste. « Féminiser l’institution devenait indispensable. Pour donner confiance aux nombreuses femmes qui ne s’autorisent pas à prendre des responsabilités, mais aussi pour apporter à l’instance une approche différente ». Une touche féminine faite d’écoute, de partage des savoirs et de communication. Sur les 25 régions de l’Ordre, 7 sont aujourd’hui présidées par une femme. Une coïncidence ?

Communiquer, pour sortir le métier des préjugés

Sur ses années passées au Conseil supérieur de l’Ordre, Agnès Bricard s’est fait une spécialité des questions de commande publique. Elle s’est également emparée de la question du financement, cruciale pour les TPE-PME, plaidant auprès des pouvoirs publics et des banques pour fluidifier et sécuriser le crédit. La communication a toujours été son point fort, aussi bien écrite, puisqu’elle a signé plusieurs ouvrages dont « Le Guide du routard du financement d’entreprise » écoulé à 165 000 exemplaires, qu’orale. « J’ai un côté tribun », reconnaît l’intéressée, qui a inlassablement arpenté les salons d’entrepreneurs, manifestations patronales et sectorielles et pris la parole dans les médias. Avec un but clair : faire connaître et reconnaître la profession, dans sa diversité. L’expert-comptable ne doit plus être vu comme un homme de 50 ans en costume sombre !

La cause des femmes, toujours d’actualité

A l’aube des années 2010, la loi généralise la présence des femmes dans les conseils d’administration. Agnès Bricard crée l’association des femmes diplômées d’expertise comptable administrateurs, puis la fédération des femmes administrateurs en 2012, ouverte aux autres professions. Elle s’implique également dans l’ONG Business & Professional Women (BPW) qui lutte à l’international pour l’égalité salariale homme-femme. Un cheval de bataille d’autant plus important qu’au sein des cabinets comptables comme dans les autres secteurs, Agnès Bricard relève toujours des écarts de salaire préoccupants entre hommes et femmes.La lutte pour affirmer le rôle des femmes dans les milieux économiques et la société n’est pas encore gagnée : « Les femmes doivent se monétiser : être conscientes de leur valeur, s’emparer des sujets porteurs, créer les bons appuis et avoir l’audace d’aller de l’avant ».

Dates clés

1952 : Naissance à Angers
1981 : Présidente de l’Anecs (association nationale des experts-comptables et commissaires aux comptes stagiaires)
1983 : Fonde le club des jeunes experts-comptables et commissaires aux comptes (CJEC)
2001 : Première femme présidente du Conseil régional de l’Ordre des experts-comptables Paris Ile-de-France
2011 : Première femme élue présidente du CSOEC
2012 : Crée l’association des femmes diplômées d’expertise comptable administrateurs, puis la fédération des femmes administrateurs
2018 : Présidente de l’ONG BPW France

Ecrit par
Olga Stancevic

Source : actuel-expert-comptable.fr

Cet article vous a plu : partagez-le !
-- PUBLICITE -- Cabinet Bricard, Lacroix & Associés

Ces articles peuvent également vous intéresser

Les commentaires sont fermés.

Haut