Soirée de Gala pour les 80 ans de l’ENOES ce Lundi 19 Juin 2017 à laquelle Agnès BRICARD à participé, aux côtés de Jean-Louis COUDRILLER, Président du groupe ENOES et Directeur des Achats d‘AIR LIQUIDE.

 

Retrouvez plus d’informations sur l’article suivant que vous pouvez retrouver sur le site compta-online.com

Article sur le Gala des 80 ans de l’ENOES

Lire la suite

Le Centre des Professions Financières à publié, dans son 12e numéro de Juin 2017 un article sur le Financement des Entreprises, s’appuyant sur le Guide du Routard du Financement d’Entreprises dont Agnès BRICARD est la directrice scientifique.

 

Retrouvez cet article ci-après:

Article « Orienter l’épargne vers les entreprises » du magazine Centre des Professions Financières n°12 de Juin 2017

Lire la suite

 

Agnès BRICARD a participé à la REMISE DU PRIX DU CERCLE SUISSE DES ADMINISTRATRICES, organisée par Marianne Aerni, présidente du CSDA et par Laurence Halifi, porte-parole et membre du comité CSDA.

 

Cette année, la Cercle Suisse des Administratrices à couronné la Banque Cantonale de Genève (BCGE).

Vous pouvez consulter le communiqué de presse ici

 

 

Dans un premier temps, Agnès BRICARD a exposé la situation des conseils d’administration en France.

Retrouvez ci-après un graphique d’Ethics & Boards qui reprend l’évolution des femmes dans les CA suivi des derniers chiffres au 30 janvier 2017 :


• Les Conseils du CAC 40 comptent 40,1% de femmes contre 15,3% avant la loi en 2010

• Les Conseils du SBF120 comptent 38,4% de femmes contre 12,5% en 2010

• 62,5% des Conseils du CAC40 et 52,5% des Conseils du SBF120 sont déjà en conformité avec le 2ème seuil de 40% de mixité de la Loi Copé-Zimmermann

• un rajeunissement de l’âge des membres de Conseils : les Administratrices du SBF120 sont de 6 ans plus jeunes que leurs homologues masculins

• un renforcement de l’indépendance, 67,9% des Administratrices sont indépendantes contre 45,7% pour les Administrateurs

• une forte contribution à l’apport d’expertise internationale, 33% des Administratrices sont internationales, contre 25% pour les hommes

• une diversité accrue des compétences professionnelles, les nominations en 2016 de profils venant des nouvelles technologies par exemple ont été majoritairement portées par des femmes

• 1 seule femme Directrice Générale au sein du CAC40 : Isabelle Kocher (ENGIE)

• 5 femmes Directrices Générales ou Présidente du Directoire au sein du SBF120
Isabelle Kocher (ENGIE)
Sophie Boissard (Korian)
Méka Brunel (Gecina)
Valérie Chapoulaud-Floquet (Rémy-Cointreau)
Caroline Parot (Europcar)

• Le CAC 40 ne compte que 14,2% de femmes dans les Comités Exécutifs ou de Direction, 14,1% pour le SBF 120, contre respectivement 9,5% et 12,5% en 2013

• 30 Comités Exécutifs ou de Direction du SBF120 ne comptent aucune femme soit 26,3% (17,5% pour le CAC 40)

• 32,6% des comités relevant des CA du SBF 120 sont présidés par une femme

 

Ces statistiques nous ont été très aimablement transmises par Karima BOUAISS, Maître de Conférences à l’Université de Lille 2.

 

Dans un second temps, la remise de prix fut effectuée par un jury composé de personnalités du monde économique et des médias :

 

Patrick Fischer (Producteur émission TTC sur la RTS)

Cristina Gaggini (Directrice Economie Suisse)

Jérome Monnier (Directeur de la Swiss Board School)

Anne Frei (Administratrice associée d’Aiguillage et de Brillantmont)

Marianne Aerni (Présidente du Cercle et présidente du jury)

 

Lire la suite

Les entreprises, quelle que soit leur taille, rencontrent pour une grande majorité d’entre elles des problèmes de trésorerie au cours de leur existence. Aujourd’hui 25% des défaillances sont dues à des retards de paiement.

BNP Paribas Factor, Pacte PME, EM Lyon Business School et l’UIMM de l’Ain vous invitent afin d’échanger sur les nouvelles solutions d’optimisation de la trésorerie. Au programme : étude personnalisé de votre BFR (speed meeting), découverte de solutions de financement, partage et échange entre pairs, retours d’expériences et avis d’experts.

Retrouvez Agnès BRICARD lors de la conférence qui aura lieu le 29 mai 2017 à Ecully (69130)

 

Conférence « Leviers de croissance & de compétitivité : les nouvelles pratiques d’optimisation de la trésorerie »

 

 

I. Ouverture des rencontres

Etienne Barel, Directeur Réseau BNP Paribas

François Perret, Directeur Général de Pacte PME

II. Les indicateurs : enseignements et analyse

Bozana Douriez, Directrice Générale BNP Paribas Factor

Jean Pascal Brivady, Professeur Economie Finance EM Lyon

III. Solutions et innovations : ils témoignent

Marc Aumont, Directeur Général de Véhixel

Laurent Florentin, Président de SEC-IT SOLUTIONS

Jean-Michel Lignier, Gérant de DSA Devraine et Ately Design

IV. Des expertises au service de la trésorerie – «Comment être accompagné dans ces solutions ?»

Agnès Bricard Présidente d’honneur de l’Ordre des Experts-Comptables de Paris Ile-de-France

Marie Hélène Lebranchu, Déléguée générale de l’UIMM de l’Ain

Nicolas Mohr, Directeur Général Médiateur des Entreprises

V. Conclusion

Patrick de Villepin, Directeur du factoring du Groupe BNP Paribas & Président de la Commission affacturage de l’ASF

Thibault Lanxade, Vice Président du Medef

Lire la suite

Source de performances dans les organisations, la diversité sera montrée sous trois facettes lors de ce colloque organisé par IESF via de son Comité Diversité, présidé par Madame Nathalie Mousselon et en partenariat avec l’École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes, l’AIENSCR et IESF Bretagne le 19 Mai 2017 à partir de 13h30.

 

Une demi-journée pour entendre des témoignages et échanger sur la richesse des apports de la diversité pour le développement des organisations. Les débats seront animés par Joël THOMAS, Délégué général d’IESF, Aurélie DETHAN, Membre du Comité Diversité d’IESF et Liliya RESHETNYAK, Co-fondatrice et présidente de Hipip IN.

 

Retrouvez Agnès Bricard lors des 3 tables rondes sur les sujets suivants:

  • Entreprendre au féminin
  • Pour une gouvernance équilibrée
  • Apport et intégration des atypiques

Le tout suivi d’un speed dating avec les entreprises de la région.

 

N’oubliez pas de réserver vos places pour le 19 mai à Rennes!

Lire la suite

À l’ère où la responsabilité sociale et environnementale (RSE) occupe une place centrale dans les sollicitudes des parties prenantes (consommateurs, fournisseurs, salariés, investisseurs, etc.), les entreprises se sont livrées à une course effrénée en matière de divulgation d’information extra-financière.

 

 

Des rapports annuels spécifiques pour la RSE

Un rapport de l’Autorité des Marchés Financiers publié en 2013 met en lumière le fait que l’information en matière de responsabilité sociétale (RSE) représente en France environ 9 % de l’information totale contenue dans les rapports annuels des entreprises cotées. Un autre rapport de KPMG souligne que la France est le deuxième pays dans le monde après le Japon à divulguer le plus d’informations concernant la RSE. Certaines entreprises consacrent un rapport spécifique à la RSE d’une dizaine voir parfois d’une centaine de pages qui se rajoutent aux informations contenues dans le rapport annuel.
Cet engouement est le fruit d’une succession de lois ayant contribué significativement à cette prise de conscience collective des entreprises des intérêts sociaux et environnementaux. La plus importante demeure néanmoins la loi NRE de mai 2001 avec son article 116 qui oblige les entreprises cotées à rendre public un reporting social et environnemental.

Comment certifier ces rapports ?

Devant la masse importante d’informations divulguées vient la question de la sincérité des entreprises dans leurs démarches RSE en général et de la crédibilité des informations publiées à ce sujet en particulier. Ces informations reflètent-elles l’investissement croissant des entreprises dans les projets sociaux et environnementaux ? Ou s’agit-il, simplement, d’une réponse à la demande pressante des parties prenantes ?
La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 semble réagir devant le scepticisme grandissant des investisseurs à l’égard des informations divulguées en imposant aux entreprises cotées et de grande taille de faire vérifier leur reporting RSE par un organisme tiers indépendant (OTI). Les entreprises cotées sont soumises à cette obligation de vérification du reporting RSE par un OTI depuis 2012. Les entreprises de plus de 500 salariés et dont le chiffre d’affaires (ou le total bilan) dépasse 100 millions d’euros doivent faire vérifier leur sincérité par un OTI depuis 2016.
Il n’en demeure pas moins que la qualité du reporting est également liée à l’efficacité des mécanismes internes de gouvernance de l’entreprise.

Le rôle du Conseil d’administration

Dans cette perspective, notre recherche (« Gender-diverse board and the relevance of CSR reporting », International Review of Financial Analysis, Vol. 50, pp. 81–100) met l’accent sur le rôle du conseil d’administration des entreprises françaises et son efficacité en matière de RSE et étudie en particulier la relation entre la présence des femmes dans les conseils d’administration et la qualité du reporting en matière de RSE.
Étudiant le cas des grandes entreprises du SBF 120 entre 2001 et 2011 (soit avant l’adoption en 2012 de la loi Copé-Zimmerman qui impose un minimum de 40 % du même genre dans les conseils d’administration des entreprises françaises), l’étude démontre, dans un premier temps, que les entreprises françaises avec un conseil d’administration mixte affichent un plus grand intérêt à la RSE à travers un reporting volontaire plus large et plus exhaustif en rapport avec les items définis par la loi.

Plus le conseil est féminin, plus le reporting RSE est crédible

Plus important encore, l’étude montre que la présence des femmes dans les conseils d’administration améliore la crédibilité de l’information divulguée permettant ainsi de générer un impact positif sur la valeur des firmes. Les entreprises avec un conseil d’administration totalement masculin se trouvent, quant à elles, sanctionnées par une réaction négative des investisseurs suite à un niveau de reporting RSE plus élevé.

 

La diversité des genres dans les conseils d’administration est indissociable de la RSE et l’implication des femmes dans le processus décisionnel s’impose ainsi comme une condition sine qua non de la bonne gouvernance des entreprises. Inédite dans sa méthodologie, cette étude vient compléter une longue série d’études montrant la valeur ajoutée des femmes dans les conseils d’administration en matière d’assiduité et de monitoring, mais aussi leur plus grande sensibilité aux questions sociales et environnementales.
En conclusion, cette étude confirme une nouvelle fois qu’il est inconcevable pour les entreprises de vouloir se montrer vertueuses et sociales auprès de leurs parties prenantes si elles ne respectent pas l’une des règles les plus élémentaires de la RSE qui est la diversité des genres dans la composition de ses instances de gouvernance.

Auteurs

  •  Tawhid Chtioui
    Professeur et dean d’emlyon business school Afrique , EM Lyon

 

  •  Mehdi Nekhili
    Maître de conférences HDR Sciences de Gestion, Université du Maine

 

via The Conversation

Lire la suite

Beaucoup des valeurs qui président aux stratégies du monde des affaires sont traditionnellement masculines et souvent éloignées de la manière dont se comporte la majorité des femmes : l’agressivité, le rejet des émotions, le calcul et la manipulation dans les processus de décision, l’atteinte d’objectifs à tout prix même si cela implique un comportement non-éthique.

« Si Lehman Brothers s’était appelé Lehman Sisters, la banque d’affaires n’aurait peut-être pas fait faillite », avait insisté en 2010 Christine Lagarde dans un article du New York Times, soulignant le différentiel sexué de certains comportements face à d’importants enjeux mercantiles et financiers. Mais les femmes sont-elles vraiment plus éthiques que les hommes ?

Dans un récent article, publié dans Organizational Behavior and Human Decision Processes, trois études ont analysé les réactions des femmes et des hommes face à des opportunités d’agir de « manière trompeuse » (act deceptively en VO) en échange de gains financiers.

Consulter l’article complet sur theconversation.com

Lire la suite

Il est difficile de constater que la lutte pour l’égalité salariale n’est toujours pas terminée en 2017. Cette année encore, l’écart est de 25.7 %! Alors pourquoi cette journée du 31 mars 2017 pour cette 9e édition de l‘Equal Pay Day? Car ces 25.7% se traduisent par 3 mois de travail supplémentaires! Oui, les femmes (à postes et compétences égaux) auraient dû travailler jusqu’au 31 mars 2017 pour gagner autant qu’un homme en 2016!

 

Cette 9e édition, sous le marrainage d’Agnès Bricard, a pour thème « Femmes & Sciences ». C’est l’occasion d’explorer un peu plus la place des femmes dans les STEM (Science, Technology, Engineering and Mathematics)

 

Quelques chiffres:
• 36 % de jeunes femmes parmi les chercheurs entrés en 2014 au CNRS toutes disciplines confondues pour 10 % dans les postes de direction
• 15 % d’étudiantes à avoir été admises à la rentrée 2016 de Polytechnique, 15 % aux Arts et Métiers tandis que la nouvelle promotion de l’école Centrale Supélec stagne autour des 20 %
• 21% de femmes en mathématiques dans les universités, 13,9% en mathématiques fondamentales…
A l’occasion de la 9e édition de l’Equal Pay Day®, BPW PARIS a convié trois des associations qui ont présenté les 17 propositions des femmes scientifiques et ingénieures pour préparer l’avenir dès 2017 destinées à interpeller les candidat(e)s à l’élection présidentielle française de 2017.
Ont participé à cette table ronde animée par Murièle ROOS, Fondatrice et Editrice du magazine Femme Majuscule:
Sylvaine Turck-Chièze, Présidente de Femmes et Sciences,
Aline Aubertin, Présidente de Femmes Ingénieurs,
Laurence Broze, Présidente de Femmes et Mathématiques
Florence Raineix, Directrice générale de la Fédération nationale des Caisses d’Epargne

 

Retrouvez un très bel article paru dans le n° 32 du Journal Spécial des Sociétés, à la page 17.

Journal Spécial des Sociétés n°32

 

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la table ronde:

 

Live Equal Pay Day 2017 Paris

bienvenue à la journée pour légalité salariale, Equal Pay Day 2017, merci de partager la video !

Publié par BPW PARIS sur vendredi 31 mars 2017

Lire la suite