Intervention Diagnostic : « Analyse financière adaptée aux entreprises pour connaitre l’état réel de leur situation et mise en œuvre de solutions pratiques pour poursuivre leur développement »

3 volets

  • 1er volet – Une situation active et passive pour déterminer l’impasse de trésorerie à l’instant t = trésorerie réelle
  • 2ème volet – Un prévisionnel d’exploitation, d’investissement, et de trésorerie = avec une validation de la cohérence des hypothèses retenues
    • Une première conclusion : de quelle durée a-t-on besoin pour pouvoir payer les dettes arriérées (= impasse de trésorerie à l’instant t) avec le cash flow prévisionnel, afin de s’orienter vers une solution juridique adaptée.
  • 3ème volet – Solutions juridiques adaptées

1er volet : Établissement de la situation active et passive « optique de trésorerie »

Actif : Ne retenir que les éléments d’actif qui peuvent sous un délai rapide se transformer en « cash »

  • les immobilisations non utiles à l’activité qui peuvent être cédées rapidement,
  • les stocks (hors stocks outils et stocks anciens),
  • les créances clients hors litiges significatifs,
  • les créances sur les filiales à condition qu’elles puissent les rembourser rapidement.

Passif :

  • Ne pas omettre les dettes qui devront être payées, même si elles ne sont pas pour l’instant comptabilisées : prud’homme défavorable, contrôle fiscal…
  • Ne pas tenir compte des comptes courants d’associés qui sont de fait gelés.

2ème volet : Établissement du prévisionnel d’exploitation

Tester les hypothèses retenues avec les réalisations récentes ; exemple : une augmentation de chiffre d’affaires de 10 % est-elle réaliste ; si oui, le dirigeant a-t-il chiffré le coût des moyens à mettre en place pour arriver à cet objectif….

Remarque : Si un plan de restructuration est envisagé
Vérifier la cohérence du plan de restructuration qui doit préalablement être mis en place, vérifier son chiffrage et sa faisabilité tant juridique au regard des contrats engageant l’entreprise (bail, contrat de travail, contrat de maintenance sur 3 ou 5 ans)… que financière (financement des investissements à mettre en place).

3ème volet : Solutions juridiques adaptées

A titre tout à fait indicatif

  • Des accords individuels avec les fournisseurs sur 12 à 18 mois.
  • Des accords collectifs avec les créanciers fiscaux et sociaux pouvant aller jusqu’à 36 mois(CCSF).
  • Des procédures amiables « mandat ad hoc » ou « conciliation » avec quelques fournisseurs significatifs (avec abandons de créance, stocks gérés dorénavant en dépôt/ paiement lors de la consommation ……..)
  • Abandon total de produits ou d’activité.

Téléchargez la présentation

Cet article vous a plu : partagez-le !
-- PUBLICITE -- Bernard Cohen Hadad

Ces articles peuvent également vous intéresser

Les commentaires sont fermés.

Haut