Association WAJI : Lutter contre la malnutrition

WajiLa malnutrition dans le monde est une réalité que nous avons facilement tendance à oublier quand nous nous promenons dans nos villes. Pourtant, si l’on en croit les chiffres du Programme alimentaire mondial (PAM), 842 millions de personnes ont souffert de malnutrition en 2013 dans le monde, y compris en Europe ou aux Etats Unis !…
Mais l’Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée, avec près d’un habitant sur trois affecté par ce fléau. Et si de fortes disparités subsistent parmi les pays africains et le Sénégal ne fait pas exception.

Parmi les causes de la malnutrition sur le continent africain, le PAM met particulièrement l’accent sur : la pauvreté et le chômage, la forte densité de population avec en parallèle les déplacements de population réfugiées, un accès limité à la terre, la perte de productivité des sols, les prix élevés de la nourriture et le retard technologique (systèmes d’irrigation) combiné à une faible pluviométrie.

Or les conséquences de cette malnutrition sont graves : carences évidentes, risques accrus de mortalité, influences sur le système neurologique… voire sur les capacités intellectuelles.
C’est pour cela que WAJI – une association créée en 2004 qui œuvre au Sénégal et que soutient ABC – a décidé de répondre favorablement à un appel du CREN, le Centre de Récupération et d’Education Nutritionnelle du dispensaire Saint Martin de Reubeuss à Dakar transmis par l’association de femmes dakaroises, partenaire de WAJI, « Hakuna Matata ».

En effet, il y a deux manières de lutter contre la malnutrition.
La première, synthétiquement, consiste à apporter les aliments, vitamines et autres compléments alimentaires aux enfants souffrant de cette insuffisance. Cette méthode, trop souvent pratiquée et pour généreuse qu’elle soit ne nous semble pas la bonne.
La deuxième, la méthode suivie par le CREN, est beaucoup plus porteuse d’espoir. En effet, elle conjugue plusieurs facteurs :
Bien entendu le traitement de l’enfant pour combler ses carences,
Le deuxième, la formation des mères aux bonnes pratiques en matière nutritionnelle pour éviter, autant que possible, qu’elles se retrouvent à nouveau dans cette situation par manque de connaissance,
Le troisième, la constitution d’un réseau de correspondants pouvant, entre autre, s’appuyer sur les mères ayant été formées, pour détecter le plus tôt possibles les cas à risques,
Et enfin, quatrième point, s’appuyer sur les centres de santé régionaux pour assurer le suivi des mères et des enfants après leur hospitalisation à Dakar. En effet, l’éloignement de celles-ci, leurs obligations familiales, et leur manque de moyens financiers les empêchent souvent de venir en consultation post hospitalisation.
L’action de WAJI vise donc à soutenir le CREN dans son quotidien pour éviter qu’il ne renonce faute de moyens et lui faciliter la mise en place de ces deux dernières étapes.

Avec 50€, le CREN sauve un enfant et forme sa mère, soit pour nous et après la déduction fiscale 17 euros seulement!
Seuls, nous ne pouvons pas grand-chose, avec votre soutien nous pouvons beaucoup !

Consulter le site de l’association WAJI

Merci,

Bruno JOOS
Président de WAJI

 

Cet article vous a plu : partagez-le !
-- PUBLICITE -- Prix Etienne Marcel

Ces articles peuvent également vous intéresser

Les commentaires sont fermés.

Haut