Mercredi 18 novembre 2020 – L’affacturage a le vent en poupe !

Je vous restitue ci-après, in extenso, la chronique économique que j’ai signée dans la revue actuEL Expert-comptable du 18 novembre 2020, consacrée à l’affacturage et à la place qu’il occupe dans le financement court terme des TPE/PME dans le contexte difficile que nous traversons.

Grâce au nouveau dispositif d’affacturage simplifié bénéficiant de la garantie d’Etat, les entreprises n’ont plus besoin d’attendre l’émission des factures pour un préfinancement : elles peuvent gagner 45 jours de trésorerie en moyenne en sollicitant les sociétés d’affacturage dès la prise de commande.

Institué par la troisième loi de finances rectificative pour 2020 jusqu’au 31 décembre 2020, ce nouveau dispositif va être prorogé jusqu’au 30 juin 2021.

Dès à présent, je vous informe que je mettrai très prochainement à disposition (téléchargement) sur ce même sujet, huit livrets pédagogiques réalisés avec BNP PARIBAS Factor, qui présentent de façon inédite le détail des schémas de comptabilisation associés aux contrats de BNP PARIBAS Factor.

La gestion de la trésorerie joue un rôle essentiel dans la crise que traversent les entreprises. Agnès Bricard, présidente d’honneur du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables, livre dans cette chronique son point de vue sur la place de l’affacturage (*). L’affacturage ou «Factoring» est devenu officiellement la première source de financement court terme du cycle d’exploitation de plus de 40 000 entreprises en France en 2018.

L’affacturage adossé à l’activité commerciale des entreprises regroupe à minima plusieurs services :

– le financement des factures dans la journée ;
– l’assurance-crédit afin de se prémunir contre le risque d’insolvabilité des débiteurs de nos clients ;
– la gestion des relances, du recouvrement et de l’encaissement.

La crise sanitaire a mis en évidence le rôle des factors pour financer l’économie réelle :

– l’arrêt brutal de l’activité des entreprises durant le confinement a fait chuter l’achat de créances de près de 30 % ;
– le léger rebond de l’activité au 3ème trimestre s’est traduit par une reprise
significative du nombre de factures cédées et une augmentation du Besoin en Fonds de Roulement (BFR) des entreprises.

Le BFR devrait, selon la dernière étude Euler Hermes, augmenter de plus de 5 jours en 2020 pour atteindre 74 jours à l’échelle mondiale, et représenter au total près de 8 000 milliards de dollars. Sur le seul périmètre français, Euler Hermes juge que le BFR des entreprises devrait augmenter de trois jours, pour s’établir à 69 jours.

Les effets des tensions liées à la crise sanitaire sur les délais de paiement ont placé la trésorerie au cœur des préoccupations des entreprises dont les besoins en fonds de roulement se sont considérablement alourdis.

Le plan de Relance massif mis en œuvre par les pouvoirs publics comporte un volet innovant. Le financement des bons de commande bénéficie d’une garantie de l’Etat jusqu’à 90% du montant des sommes restant dues par le client au titre du financement des bons de commande, à la condition qu’elles répondent aux critères d’éligibilité à la date de conclusion du contrat.

Ce dispositif de financement du bon de commande disponible jusqu’au 31 décembre 2020, qui a été reporté au 30 juin 2021, permettra aux entreprises d’augmenter leur capacité à honorer de nouvelles commandes tout en sécurisant leur trésorerie.

Toutes les entreprises sont éligibles à ce dispositif adossé à un contrat d’affacturage (à l’exception des établissements de crédit et des sociétés de financement et des entreprises faisant l’objet d’une procédure collective et étant toujours dans ladite situation à la date de financement) : sur des marchés domestiques ou internationaux, des marchés publics ou privés. La cession de la créance intervient dès l’émission d’une commande ferme et définitive.

La créance future naitra alors au moment de l’émission de la facture correspondant à la commande. Le financement du bon de commande permet aux entreprises de gagner en moyenne 45 jours de trésorerie en sus des 60 jours liés aux solutions d’affacturage classiques.

Ce dispositif inédit vient compléter les différentes mesures prises pour aider les professionnels et les entreprises depuis le début de la crise sanitaire : Prêt Garanti par l’Etat, reports des remboursements et réaménagements des crédits, … et confirme la volonté de simplification des dispositifs financiers proposés par les factors du marché.

Les principaux acteurs du marché de l’affacturage, sensibles à sa démocratisation, travaillent depuis plusieurs années afin de rendre leurs offres plus accessibles. On peut noter notamment des efforts réalisés en matière de :

– Délais de financement : les financements des factures sont désormais réalisés dans la journée ;
– Simplification de l’offre pour les TPE : des offres forfaitaires, plus lisibles, compétitives et accessibles dès 240€/mois ont été mises en place (BNP Paribas Factor propose notamment, et sous certaines conditions, la gratuité des deux premiers mois de forfait pour toute nouvelle souscription avant le 31 décembre 2020) ;
– Simplification et rationalisation des frais annexes : sur recommandation du Médiateur du crédit, les factors du marché ont amélioré depuis 2016 la lisibilité des tarifs des produits de financement;
– Digitalisation des services : un accès 100% digital est désormais proposé aux entreprises qui le désirent. L’affacturage, par le biais d’importants investissements d’innovation, confirme ainsi sa modernité auprès de l’ensemble des acteurs.
– Lutte contre la fraude : la détection et la prévention des fraudes sont également prioritaires pour les sociétés d’affacturage et de nombreux dispositifs sont déployés pour une connaissance optimale des clients et des transactions (KYC – Know Your Customer et KYT – Know Your Transaction).
– Démocratisation du Reverse Factoring. Egalement appelé affacturage inversé, cette technique permet à un grand donneur d’ordre de reconnaitre une facture auprès d’un factor et de le payer à échéance. Les fournisseurs de ce grand donneur d’ordre, ayant adhéré au dispositif, bénéficient du financement anticipé de leurs factures à des conditions très avantageuses. Le Reverse Factoring permet ainsi de réduire les délais de paiement et de sécuriser les trésoreries des TPE et PME. Grâce au mécanisme d’affacturage collaboratif, les fournisseurs restent libres d’y recourir au cas par cas. Ce dispositif vertueux, mais méconnu, a fait l’objet de nombreuses campagnes de promotion ces dernières années.

– Accompagnement des entreprises et de leurs conseils en matière de comptabilisation des opérations d’affacturage : BNP Paribas Factor propose un ouvrage de référence visant l’enregistrement des opérations dans les livres de comptabilité générale.

Cet ouvrage pédagogique et inédit propose des schémas de comptabilité pour tous les dispositifs d’affacturage, que ces derniers soit gérés ou non, confidentiels ou non, en ligne à ligne, data ou balance. « Grâce à ces livres blancs, nous espérons, donner une grille de lecture complémentaire au fonctionnement d’un contrat d’affacturage permettant de traduire efficacement les mécanismes de comptabilité générale de nos solutions. » précise Eric Turbot, Directeur Général Délégué de BNP Paribas Factor. Ils
permettront aux services comptables et sous la responsabilité des entreprises d’optimiser l’utilisation de leur contrat d’affacturage et de gagner du temps lors de la comptabilisation de l’affacturage dans leurs livres comptables.

(*) Les propos tenus dans la rubrique « Vos chroniques » sont rédigés sous la
responsabilité de leurs auteurs et n’engagent pas la rédaction.

Cet article vous a plu : partagez-le !
-- PUBLICITE -- Prix Etienne Marcel

Ces articles peuvent également vous intéresser

Les commentaires sont fermés.

Haut